Fermer

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Je me connecte

Comment se porte le e-commerce au Cameroun en 2019 ?

FacebookTwitterLinkedIn

L’essor d’internet, la forte pénétration du mobile et le développement des solutions de mobile money transforment peu à peu les habitudes des consommateurs africains et font fleurir le e-commerce sur le continent.

Griotys Mag, magazine dédié aux startups et innovations numériques en Afrique, a publié récemment une étude faisant un état des lieux du e-commerce, un secteur d’activité en plein essor sur le territoire camerounais.

L’étude a été réalisée sur deux mois via internet, permettant ainsi de recueillir 347 opinions d’acheteurs en ligne répartis dans plusieurs villes du pays. Autour de questions clés, cette étude permet de mettre en lumière les profils des e-consommateurs camerounais, les tendances d’achats en ligne mais également les plateformes de vente les plus performantes sur le territoire. Des indicateurs clés mettant en lumière les usages du e-commerce au Cameroun.

Les ventes générées dans le secteur du e-commerce n’ont cessé de progresser sur le continent africain et notamment au Cameroun. La dématérialisation des échanges entre les consommateurs et les entreprises sur internet continue certes de se développer. Mais qu’en est-il vraiment ? Quelles sont les grandes tendances de ce secteur en plein essor qui ont marqué l’année 2019 ?

 

Quel est le profil du consommateur ?

Bien au-delà des femmes, les camerounais sont des e-shoppeurs. En effet, l’étude estime que 70% des acheteurs en ligne sont des hommes, contre 30% de femmes. Le magazine Gryotis ajoute que l’une des raisons qui pourrait justifier ce résultat est culturelle. Traditionnellement, ce sont les femmes qui se rendent quotidiennement au marché, un moment social et culturel qui expliquerait pourquoi les femmes éprouvent moins le besoin de réaliser des achats sur internet. En effet, l’étude montre que 70,7% des acheteurs en ligne ayant répondu sont des hommes.

Douala et Yaoundé sont les principales villes concernées par le e-commerce. L’étude montre qu’en moyenne 90% du chiffre d’affaire des plateformes de vente en ligne au Cameroun sont réalisés dans ces deux villes.

 

Comportements d’achats

Mais qu’est-ce qui incite les camerounais à privilégier le web pour réaliser un achat ? En réponse à cette question, l’étude a mis en évidence 4 facteurs :

 

 

  • Le premier facteur est un rapport au temps puisque 34,1% des répondants affirment acheter en ligne quand ils n’ont pas la possibilité de se déplacer en magasin.
  • L’achat de produits en ligne est également lié aux réseaux sociaux. Ils sont une grande source de ventes et doivent être pris en compte dans les stratégies développées par les acteurs du e-commerce.
  • Les promotions sont un important levier de ventes en ligne au Cameroun
  • Le prix est également un facteur de choix. 14,6% des répondants affirment réaliser des achats sur internet car le produit en ligne est moins cher qu’en magasin.

 

Enfin, selon l’étude, sur l’année 2019, les produits phares qui ont généré le plus de ventes en ligne sont les téléphones, tablettes et accessoires suivis par les appareils électroniques et électroménager. En effet, 36,6% des personnes interrogées affirment avoir acheter en ligne des produits types téléphonie, tablettes et accessoires.

 

 

Les plateformes de vente en ligne les plus populaires

Le trio de tête des sites les plus consultés est constitué de Jumia sur la première marche, suivi de la plateforme Afrimarket et Kerawa. Le classement est ensuite marqué par la présence de nouveaux entrants sur le marché comme Sellam Quick ou encore le site des petites annonces camerounais Toovendi. Quelques groupes internationaux figurent au palmarès comme le géant chinois Alibaba, Amazon et Cdiscount.

 

A lire: Afrimalin, Kerawa et LePortail : les plateformes de petites annonces fusionnent

 

 

Moyen de paiement privilégié

Malgré le développement des solutions de mobile money, le mode de paiement privilégié demeure le paiement à la livraison.

Le e-commerce africain doit tenir compte d’un grand nombre de spécificités propres au marché local, un marché encore en gestation qui nécessite de s’adapter aux réalités africaines.

Le secteur doit encore pâtir d’un manque d’infrastructures et de logistiques. De nombreux répondants affirment privilégier le paiement à la livraison pour cause de produits livrés défectueux, non conformes à la commande ou à cause de politiques d’échanges et remboursements pas encore au point.

Néanmoins, malgré les problèmes de logistiques qui entravent au développement du e-commerce africain, environ 70% d’acheteurs en ligne au Cameroun considèrent que les délais de livraison sont “déjà acceptables, ou de mieux en mieux respectés”. Une réponse très encourageante pour le développement du secteur.

 

Les réseaux sociaux, une vitrine source de trafic pour les acteurs du e-commerce

L’étude réalisée par Griotys Magazine a également permis de mettre en évidence les réseaux sociaux les plus sollicités par les Camerounais car ils constituent un important levier de vente pour les acteurs du e-commerce.

Sans surprise, Whatsapp et Facebook arrivent en tête. En effet, bon nombre d’Africains choisissent aujourd’hui Whatsapp plutôt qu’une messagerie traditionnelle pour leurs échanges dans leur vie privée ou même professionnelle car c’est une application adaptée aux réalités du continent. Pour les entreprises locales, la messagerie instantanée est également une source de trafic considérable notamment grâce à la déclinaison WhatsApp For Business dédiées aux petites et moyennes entreprises et utilisée à des fins marketing et commerciales.

 

 

 

Source: étude réalisée par le magazine Griotys

Pays:

Cameroun