Fermer

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Je me connecte

Le marché publicitaire en Afrique francophone : l’exception sénégalaise

FacebookTwitterLinkedIn

Avec un PIB, en 2018 de 24 milliards d’euros le Sénégal occupe la 4ème place des pays d’Afrique francophone subsaharienne, après la RDC, la Côte d’Ivoire et le Cameroun. Pourtant son marché publicitaire culmine à environ  40 millions d’euros faisant de ce pays d’Afrique francophone l’un de ceux où le marché publicitaire est le plus important en volume et en nombre d’annonceurs.

Au Sénégal, la part de la télévision est très élevée puisqu’elle représente 85% des investissements publicitaires totaux comme l’indique le tableau ci-dessous.

 

Répartition des investissements par média

 

TV                                85 %

RADIO                          6 %

PRESSE                        4 %

AFFICHAGE                5 %

 

TOTAL                         100 %

Source : Pige insight 2018

 

Les chaines privées ont été lancées au Sénégal il y a fort longtemps. TFM la chaine leader au Sénégal a été créée en 2010 et occupe la première place du paysage sénégalais avec 22% de PDA ce qui en fait la chaine la plus puissante (sur son territoire) de toute l’Afrique francophone.

L’ensemble des chaines privées sénégalaises représentent aujourd’hui plus de 40% de l’audience totale de la télévision et ont depuis longtemps pris le leadership face au service public qui ne pèse plus que 3 ou 4 %.

 

Lire aussi: Africascope -Top Audiences TV au Sénégal en 2019

 

Avec au moins 7 services commerciaux en concurrence, les annonceurs sénégalais sont sollicités sans cesse pour investir en TV. Ils sont près de 770 à avoir fait le pas en 2018  alors qu’ils sont à peine 200 en Côte d’Ivoire..

Face à ces chaines privées puissantes les autres médias nationaux sont à la peine. La presse l’affichage et  la radio ne représente à eux trois que 15% du marché publicitaire. Le nombre d’annonceurs présents dans les autres médias est beaucoup plus réduit : environ 200 en affichage et 300 en radio et en presse.

Bien installés depuis de nombreuses années, et bénéficiant de la croissance soutenue de l’économie sénégalaise ces dernières années,  les groupes de  télévision privés ont pu se développer avant la montée en puissance du digital qui commence à concentrer l’intérêt croissant des agences et des annonceurs.

Pour l’heure il est clair que la crise du coronavirus va avoir des conséquences sur l’évolution du marché publicitaire au Sénégal comme  partout dans le monde. Elle suscite déjà pour les marques beaucoup d’interrogations sur le discours à tenir pendant la crise. Elle en suscitera d’autres lorsqu’il s’agira, après les difficultés, de se réinventer et de repartir de l’avant.

Ce qui est vrai pour les marques le sera également pour les médias.

 

 

 

Pays:

Sénégal