Fermer

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Je me connecte

Article Abonné

Entretien croisé avec Olivia Nloga et Aïda Ndiaye de l’équipe Facebook – Afrique francophone

FacebookTwitterLinkedIn

O.N: Nous comptabilisons 155 millions d’utilisateurs actifs mensuels en Afrique subsaharienne. L’Afrique compte beaucoup pour Facebook. Ce que nous souhaitons pour le continent et en particulier pour la zone francophone subsaharienne, c’est continuer à investir, continuer à apporter la plus grande qualité de service avec les mêmes exigences que sur les autres marchés, continuer à développer des relations avec les différents partenaires et les différentes parties prenantes.

A.N : Nous sommes très conscients que l’Afrique francophone subsaharienne et le continent de manière générale abrite une population très jeune et que c’est cette population qui utilise le plus les plateformes comme Facebook. Le potentiel est donc réel.

Ensuite, en tant qu’entreprise de technologie et d’innovation, l’Afrique représente un marché porteur dans la mesure où avec toutes les opportunités et tous les défis qu’elle représente, elle est un terrain propice à l’innovation. Pour cette raison, sur la partie francophone particulièrement, nous avons investi dans la connectivité pour promouvoir l’accès à internet, le pilier fondamental à la numérisation, mais aussi dans le renforcement des capacités car le capital humain sur le continent est très fort. Si la jeune génération est formée à utiliser notre plateforme de communication et internet en général, il y aura de bonnes retombées en termes d’innovation.

 

Il existe encore de nombreux déserts numériques sur le continent, en tant que géant du web, quel rôle jouez-vous dans l’amélioration de la connectivité en Afrique ?

Abonnez vous pour lire la suite de l’article

Abonnement AdWeKnow

Accédez à tous nos articles premium et aux archives.
Cliquez pour découvrir notre offre!

Je m'abonne

Pays:

Panafricain