Fermer

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Je me connecte

Entretien avec Bernard Azria, CEO de Côte Ouest Audiovisuel

FacebookTwitterLinkedIn

Pionnier et acteur majeur du secteur, Bernard AZRIA est une figure incontournable du paysage audiovisuel africain. Il a créé Côte Ouest Audiovisuel, leader depuis près de 30 ans de la distribution de contenus en Afrique.

Côte Ouest Audiovisuel est l’agent exclusif de Globo en Afrique  et est l’initiateur du phénomène de la Télénovela sur le continent africain.

Bernard AZRIA annonce aujourd’hui le lancement d’une nouvelle chaine AFRO NOVELAS. Il revient pour Adweknow sur les raisons qui l’ont conduit à mettre en œuvre ce projet.

 

Vous avez été le premier à comprendre l’intérêt que pouvaient susciter les télénovelas auprès des populations africaines …

En effet, j’ai importé ce format en Afrique à la fin des années 1980.  J’y distribuais à l’époque les grands soaps américains comme Santa Barbara, Dallas… et j’avais constaté qu’il y avait un énorme gap entre l’univers que  représentaient ces séries et la société africaine.

Chez Globo au Brésil, j’ai trouvé des séries qui étaient plus proches de la culture et de la société africaine. Il y a en effet au Brésil, comme en Afrique, une  grande mixité sociale et la structure de la société brésilienne est assez proche de  la société africaine avec une classe dominante très aisée mais peu nombreuse et la masse de la population plus pauvre qui est tiraillée entre respect des traditions et modernité.

Ces séries brésiliennes ont très vite été adoptées par le public africain et se sont répandues dans tous les pays. J’ai ensuite essayé les séries des autres pays d’Amérique latine (Mexique Colombie…) mais ce sont les séries brésiliennes qui jouent le mieux, pour les africains, le rôle de miroir de la société en même temps que de proposer une dimension fenêtre ouverte sur le monde. Bien sur les autres télénovelas d’Amérique latine fonctionnent, mais aucune aussi bien que celles du Brésil.

 

 

Le 19 avril prochain vous allez lancer AFRO NOVELAS qui comme son nom l’indique diffusera des télénovelas africaines. Qu’est ce qui vous a amené à lancer cette chaine

J’ai accentué mes efforts dans la recherche, l’identification et le doublage de ces contenus qui viennent majoritairement des pays africains anglophones (Nigéria, Cameroun, Afrique du Sud , Kenya…. Il commence à y avoir suffisamment de masse pour que ces télénovelas africaines viennent rapidement prendre la place de télénovelas latino-américaines

Selon moi, les télénovelas africaines sont amenées à rassembler plus d’audience encore que les novelas sud-américaines car c’est un format qui parle encore davantage aux Africains.

 

Quel est le positionnement d’AFRO NOVELAS ?

Nous créons cette chaine dans le même esprit que celui qui nous animait lorsque nous avons lancé Nina Novelas qui diffuse des séries sud-américaines. L’idée bien sûr, n’est pas de faire concurrence à nos clients actuels mais de donner une vie nouvelle à des séries qui seront d’abord diffusées sur les chaines de télévision traditionnelles.

 

Quels sont les programmes de cette nouvelle chaine et quel est son principe de programmation ?

Nous diffuserons au fil du temps des séries phares comme Hotel majestic , Jacob’s cross, Windeck, Jikulumesu, The River, Innocent mais coupables… et beaucoup d’autres.

En matière de programmation, nous avons repris le principe simple établi pour Nina Novelas de 4 titres strippés les jours de semaine, constituant un bloc de 1ère diffusion de 15h00 à 18h00 GMT, multi-rédiffusé ensuite avec un slot de cinéma à 21h.

Nous avons également repris le principe des omnibus les samedis et dimanches.

Enfin pour faire hommage au cinéma Africain, nous avons créé une soirée dédiée au cinéma le dimanche soir avec 2 films inédits diffusés de 20h30 à 23h30 GMT. Ces 2 films sont rediffusés le soir à 21h00 GMT au cours des semaines suivantes.

 

Comment sera-t-elle distribuée ? Avez-vous choisi un modèle gratuit basé sur les recettes publicitaires ou bien un modèle payant ?

Nous avons choisi de rester sur un modèle payant en passant des accords avec des plateformes de PAY-TV. Nous avons signé avec les principaux opérateurs telecoms et les bouquets africains aussi bien en Afrique Francophone qu’en Afrique anglophone et sommes en discussion avancée avec Startimes. CANAL+ n’a pas montré de signe d’intérêt pour l’instant.

 

Marodi TV a bâti son succès sur la diffusion de ses programmes sur internet pourquoi ne pas avoir choisi ce mode de diffusion ?

L’exemple de MARODI a un côté surnaturel : ils se sont protégés de la domination des acteurs francophones internationaux en se mettant dans une bulle de WOLOF qui les a mis à l’abri de toutes les autres contraintes. Par ailleurs, le Sénégal a une avance spectaculaire dans le domaine du digital par rapport aux autres pays. Parmi tous les autres pays francophones, la Côte d’Ivoire commence à avoir la puissance digitale pour réussir mais il lui manque le deuxième ingrédient indispensable pour réussir, à savoir disposer d’un marché a la fois ouvert et protégé.

 

 

Pays:

Côte d'Ivoire