Fermer

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Je me connecte

Entretien avec Armel Koffi, administrateur de la plateforme Nymba

FacebookTwitterLinkedIn

Armel KOFFI dirige l’agence de communication abidjanaise Origin7. Il est aussi administrateur de la régie Varley Halls, de SolarPak et de Splash (entreprise promotrice de la plateforme de soutien en ligne www.succes-assure.com). Armel KOFFI a fait ses armes dans d’importantes agences de communication africaines, avant de se lancer dans l’entreprenariat en 2011, au moment où la Côte d’Ivoire traversait une crise post-électorale.

Quelles sont les activités de Nymba ?

Nymba est une initiative portée par la régie publicitaire Varley Halls, derrière laquelle se trouveun jeune passionné de communication et du digital.
Varley Halls propose des espaces publicitaires : Panneau routier 4×3 et autres, des façades murales, des rooftop, des châteaux d’eau à travers son application web de réservation d’espaces publicitaires : www.nymba.ci

 

Dans quel contexte avez-vous lancé ce projet ?

La plateforme www.nymba.ci est le résultat de deux années de travail acharné pour réaliser un rêve. Un rêve porté depuis nos premières années dans le métier de la communication, il y a 10 ans. Derrière les belles campagnes que vous voyez affichées dans la ville, se cache un vrai parcours du combattant pour les annonceurs et les agences de communication. Pourquoi ?
– premièrement parce qu’il faut obtenir un réseau d’espaces disponibles dans la période de la campagne. Et pour cela, il faut contacter la centaine de régies publicitaires présentes en Côte d’Ivoire pour qu’elles envoient chacune leurs disponibilités. Et elles ne sont pas toutes très réactives …

– Pour les quelques-unes qui vous enverront leur réseau, il faut prier pour que le format d’envoi soit au moins un document PowerPoint avec les images des espaces disponibles, sinon vous aurez à traiter un fichier Excel qui ne vous donnera qu’une indication d’où se trouvent les espaces.

– Ensuite, il faut trier, choisir sans données pour décider pertinemment, et faire valider. Pendant que vous êtes en train de faire ce travail, dites-vous bien que vous n’êtes pas le seul. Une fois que vous avez un réseau validé, il y a 90% de chance que certains espaces ne soient plus disponibles. Il faut alors refaire l’exercice.

– À la fin vous vous retrouvez avec un réseau par défaut, dépourvu de moyen de vérifier la performance de votre campagne puisque vous n’avez aucune donnée pour cela.

Et figurez-vous que ce parcours périlleux est le quotidien des professionnels de la communication, partout en Afrique et peut être même, partout dans le monde.

Il fallait bien songer à rendre ce quotidien plus facile, plus aisé pour l’ensemble de l’écosystème.

D’où l’initiative NYMBA.

 

Quelles sont les ambitions ?

Nymba ambitionne de devenir à court terme l’outil d’excellence pour la réservation, l’achat d’espace, l’élaboration de campagnes d’affichage intelligentes et chiffrées en Côte d’Ivoire, en Afrique et partout dans le monde.

 

A quels besoins cet outil numérique peut-il répondre ?

Nymba répond à plusieurs besoins :

L’écosystème lui-même avait besoin d’un outil qui facilite le travail de ses acteurs.  Nous avions un besoin de digitalisation du milieu et de toutes les étapes du processus. Aujourd’hui, avec Nymba, les annonceurs peuvent avoir de la visibilité pour leurs marques, leurs produits
leurs institutions. Une visibilité plus optimale. Ils peuvent être au-dessus de tous et avoir une vue plus complète sur leurs campagnes d’affichage.

Avec Nymba, tout le processus d’achat d’espace d’affichage est simplifié et il fournit des données pour la prise de décision.

 

 

Qui est impliqué dans ce projet ?

Nous avons impliqué dans ce projet les autorités de tutelle. Nous avons rencontré en audience le ministre de l’économie numérique et de la poste,  le CSP (Conseil Supérieur de la Publicité) ;  nous avons pris attache avec la CAFCI (Chambre des afficheurs de Côte d’Ivoire). Nous avons également collaboré avec l’ONEP pour la gestion à des fins publicitaires d’une partie de leur réseau national de châteaux d’eau.

Nous avons également impliqué les régies publicitaires propriétaires d’espaces d’affichage, inscrites et agréées au conseil supérieur de la publicité.

 

Cet outil fonctionne à partir de quels types de données ?

Nous avons recueilli avec un opérateur dont c’est le métier, des données et chiffres estimatifs calculés sur la base du trafic moyen journalier des artères choisies.

 

Comment cet outil a-t-il été accueilli par les acteurs ?

Un accueil 100% positif,

Tant par les acteurs du milieu que nous avons rencontrés, que par la presse nationale et internationale.

 

Pouvez-vous nous décrire l’écosystème de l’affichage en Côte d’Ivoire ?

Le marché de la communication publicitaire cumule un C/A de plus de 30 milliards de FCFA

Il a été répertorié près de 70 agences conseil, 177 régies publicitaires et aussi plus de 8000 panneaux routiers avant le programme d’assainissement de l’affichage publicitaire lancé il y a peu. Cet assainissement vise à interdire l’implantation de panneaux de façon anarchique et règlementer celui-ci en portant ce nombre à près de 3000.

Nymba, enregistre 1000 panneaux sur les 3000 existants

 

Pays:

Côte d'Ivoire