Fermer

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Je me connecte

Article Abonné

Entretien avec Marie Barraco, fondatrice et déléguée générale du Festival Série Series

FacebookTwitterLinkedIn

La première saison de Série Series Ouagadougou, le festival panafricain des séries, se tiendra du 27 février au 1er mars 2018 à Ouagadougou au Burkina Faso.

 

Pouvez-vous nous présenter le festival Série Series ?

Série Series, The European Series Summit, fédère chaque année depuis 2012 plus de 600 professionnels européens du secteur et le public francilien à Fontainebleau. Conçu avec l’aide d’un comité éditorial composé de professionnels du secteur (scénaristes, producteurs, compositeur, réalisateur…), et le soutien appuyé de la Région Ile de France, Série Series met en avant pendant trois jours le meilleur de la création européenne en matière de séries et donne la parole à ceux qui en sont à l’origine.

Lieu d’échange, de réflexion, d’inspiration, de formation, mais aussi marché informel, Série Series contribue à la structuration du secteur audiovisuel européen et à la formation de nouvelles collaborations afin de stimuler encourager l’accroissement de la qualité des séries et leur diffusion paneuropéennes.

 

Pourquoi avoir choisi de lancer une édition africaine du festival ?

L’idée du festival est née à Fontainebleau en 2016. Nous assistions déjà depuis plusieurs années à l’essor des séries africaines et nous réfléchissions à une manière d’intégrer le continent africain à notre événement. Quand j’ai rencontré Issaka Sawadogo en 2016, alors qu’il était venu pour présenter la série Guyane à Série Series, nous avons évoqué ce projet ensemble car aucun festival entièrement dédié aux séries n’existait en Afrique. Un an plus tard, nous annoncions la création de Série Series Ouagadougou à Fontainebleau !

 

Quelles sont les ambitions d’un tel projet ?

La série est un vecteur de rayonnement culturel phénoménal, partout dans le monde et de manière décuplée en Afrique, j’espère à travers cet événement que nous contribuerons à faire rayonner la création audiovisuelle sur la scène internationale et que nous dresserons de nouveaux ponts entre Afrique et Europe en termes de création.

Série Series Ouagadougou a pour ambition à court terme d’offrir aux talents africains une visibilité à la fois locale et internationale, ainsi que des outils de professionnalisation, de formation et de networking. Sur le long terme, il vise à fédérer un réseau international autour des séries africaines et à participer à la structuration du secteur.

L’enjeu est également de mettre en place un festival pérenne. Pour la première édition le festival bénéficie de l’expérience de l’équipe de Série Series à Fontainebleau. Mais à terme, l’objectif est que les équipes au Burkina s’approprient l’événement.

 

Pourquoi à Ouagadougou ?

Issaka Sawadogo, qui est donc à l’initiative de ce projet, est extrêmement actif au Burkina Faso. C’est donc assez naturellement que nous avons choisi d’établir la manifestation à Ouagadougou. Il nous a permis de développer l’événement en liaison avec ses bureaux et en complémentarité avec le Fespaco avec lequel nous amorçons un partenariat de long terme.

Ce n’est cependant pas exclu que le festival soit itinérant et voyage dans d’autres capitales africaines.

 

Auriez-vous des premières annonces concernant la programmation de cette édition ?

Tout à fait. Marguerite Abouet, créatrice de la série sénégalaise C’est la vie et auteure de la bande dessinnée Aya de Yopougon (prix du meilleur album d’Angoulême en 2006), sera l’invitée d’honneur de cette première édition et donnera une masterclass sur son parcours. Nous avons également dévoilé la projection de séries africaines à succès, nous présenterons en tout une dizaine de séries, qui seront projetées et présentées par leurs équipes dans le cadre d’études de cas. Ces projections seront ouvertes gratuitement au public. Des équipes européennes seront également présentes pour échanger et partager leur expérience.

Nous proposons également tout un volet du programme aux professionnels accrédités : conférences et tables rondes sur les enjeux de la création, séminaire sur le droit d’auteurs en partenariat avec l’Organisation Mondiale de la Propriété intellectuelle, financement de la création africaine et ateliers de formation autour du jeu d’acteurs, de la production, de la réalisation et du scénario.

Pays:

Burkina Faso