Fermer

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Je me connecte

Entretien avec Florence de Bigault, directrice générale d’OPINIONWAY Afrique subsaharienne

FacebookTwitterLinkedIn

 

Florence de Bigault, ex-Directrice d’Ipsos pour l’Afrique francophone, a pris récemment la direction générale d’Opinionway Afrique subsaharienne et nous fait partager ses objectifs et sa vision.

 

Pouvez-vous nous présenter les activités d’OPINIONWAY ?

Créé en 2000, OPINIONWAY est un Institut d’études marketing et de sondages d’opinion, pionnier dans les études qualitatives et quantitatives online, les panels en ligne … Présidée par Hugues Cazenave, OPINIONWAY a dès ses débuts, mis l’accent sur les solutions technologiques et la traduction des résultats d’études en plan d’actions pour ses clients.

Exemple recent, OpinionWAy a été choisi pour analyser le Grand Debat National pilotépar Emmanuel Macron. L’institut a su analyser en un temps record des millions de contributions, via l’Intelligence Artificielle, et présenter une synthèse de ces travaux citoyens.

Sur des marchés où tout change si vite, La vocation d’OPINIONWAY est d’être connecté au plus près de la vie des consommateurs et des citoyens, de pouvoir détecter les signaux faibles, identifier les véritables insights, au bout du compte, permettre aux marques de faire la différence et de développer leur business

 

Vous venez de prendre la direction de la nouvelle filiale d’OPINIONWAY installée récemment à Abidjan. Comment comptez-vous développer cette société  en Afrique ? 

Depuis plusieurs années, la société a des ambitions fortes à l’international. Pour mieux accompagner ses clients, elle a commencé son internationalisation en Europe, au Maghreb et vise très clairement les marchés africains. Ces trois dernières années, plusieurs agences ont été ouvertes à Casablanca, Tunis et Alger. Aujourd’hui, OPINIONWAY se tourne vers l’Afrique de l’Ouest et s’installe à Abidjan, en Côte d’Ivoire, pour faire de la capitale économique du pays un véritable hub régional.

 

Quelles sont vos ambitions et comment allez-vous les mettre en oeuvre?

 

Grâce à cette nouvelle filiale installée à Abidjan, nous souhaitons apporter a la fois des solutions études plus novatrices et davantage de conseil. C’est un nouveau business model ou les coûts de collecte de données baissent et permettent d’allouer le temps nécessaire pour accompagner nos clients.

Nous voulons capitaliser sur une Afrique plus urbaine, plus moderne où le taux d’équipement en smartphone dépasse les 50%.

Premièrement, nous proposons des outils digitaux permettant d’interroger les consommateurs, d’échanger avec eux partout où ils sont: via leur mobile, sur internet, sur les réseaux sociaux.  Comme sur les autres continents, nous ouvrons la voie aux études sur Panels téléphoniques, sur Panels online. A la fin de l’année, nous serons en mesure de proposer des Panels représentatifs dans 8 pays africains.

Dans une deuxième dimension, nous faisons le pari que le marché des études arrive à maturité. Lorsque j’étais Directrice d’Ipsos pour l’Afrique francophone- j’ai pu constater que les décideurs sont en attente de beaucoup plus d’accompagnement et de conseils, pour faire croitre leur business, et pas seulement de rapports descriptifs. OPINIONWAY amène une vraie différence sur ce point puisque nous déployons des méthodes permettant de rendre vraiment actionnables les résultats des études que nous confient nos clients .

Enfin, nous misons sur l’innovation. Aujourd’hui en Afrique, l’une des grandes façons de gagner des parts de marché et de développer le business, c’est d’innover. Nos solutions de co création et de design-thinking permettront d’aller beaucoup plus loin et beaucoup plus vite dans les process d’innovation.

L’innovation c’est aussi dans notre métier, l’arrivée des études basées sur l’hybridation de données et le big data. Qu’il s’agisse des Telcos, du e-commerce, du secteur bancaire, bientôt de la grande distribution, des prochains transports collectifs modernes ou des services publics, les consommateurs africains sont en train de produire de plus en plus de données qui vont être une mine d’informations pour les instituts dotés des solutions technologiques pour les faire parler. Chez Opinionway nous faisons le pari du futur, conscient qu’en Afrique, le futur c’est très vite demain.

 

Y’aura-t-il des synergies avec les autres entités à l’international ?

Il y aura évidemment une synergie avec les autres entités et notamment les experts de Paris et de Casablanca. Nous travaillerons main dans la main avec les spécialistes des solutions d’innovation, du Design Thinking, des panels online et du data mining.

  

Quelle est votre valeur ajoutée par rapport à la concurrence ?

Malgré la crise du COVID-19, nous avons tout de même décidé de démarrer nos activités au mois de mars, au moment où nos concurrents ont choisi de réduire la voilure, voire de quitter la Cote d’Ivoire. Cela symbolise un peu le passage de témoin entre les grands instituts généralistes et toute cette nouvelle génération d’instituts plus agiles, plus proches, résolument tournes vers les technologies.

Tout cela a motivé mon engagement pour OPINIONWAY qui représente une structure bien mieux adaptée à la demande de nos clients et à la réalité des marchés africains ou les décideurs ont besoin de ces approches d hyper connaissance des consommateurs.

 

Vous avez réalisé un premier sondage pendant la période de pandémie. Pouvez-vous nous en dire plus ?

En collaboration avec le cabinet Deloitte et l’agence 35°Nord, nous avons présenté les résultats du premier sondage réalisé dans 8 pays en Afrique sur la perception de la pandémie de Covid-19. Intitulée « Les opinions publiques africaines face à̀ la crise du Covid-19 ». Nous avons aussi réalisé des études par telephone via notre call center d Abidjan et des études online, dans une période de pandémie où les terrains en face a face  étaient tous à l’arrêt.

Le Covid-19 s’est révélé être un véritable accélérateur de la digitalisation des études. Bien sûr, celles-ci ne seront pas à 100% faites en ligne. Opinionway conduit aussi des études en face a face. Mais le mouvement est enclenchéet nos clients auront un choix plus large d’études pour capter la réalité, en fonction de leurs impératifs budgétaires, méthodologiques ou de délais, l’Afrique change vite, nous voulons contribuer à changer les études en Afrique.

 

Découvrez l’étude: Les opinions publiques africaines face à la crise du Covid-19

 

 

Pays:

Côte d'Ivoire