Fermer

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Je me connecte

Article Abonné

Entretien avec Pascal Delarue, Directeur général délégué d’Orange Studio

FacebookTwitterLinkedIn

Pouvez-vous nous présenter vos activités en Afrique francophone subsaharienne ? 

Créé en 2007, Orange Studio est la filiale cinéma du Groupe Orange engagée dans la co-production et l’acquisition de film. Nos différentes activités sont la production, l’exploitation et la distribution. Nous avons financé le film Benda Bilili, le film sénégalais La Pirogue ainsi que Timbuktu. Ces films nous ont permis de constater les nombreuses retombées positives liées à la mise en avant de la culture africaine. Nous avons donc décidé de développer nos contenus et productions dans le cadre de l’implantation du groupe. Nous avons lancé une activité audiovisuelle, du grand au petit écran, dans les 21 pays du continent dans lesquels Orange est présent.

Jusqu’à aujourd’hui, nous avons fait 26 longs-métrages en veillant à faire des films de culture africaine, racontés par des auteurs africains et non pas des films faits par des Français sur l’Afrique. En plus de ces co-productions, nous nous sommes lancés depuis deux ans dans les séries. De la part de nos filiales, nous nous sommes rendus compte qu’il y avait une vraie demande. Ces séries sont avant tout des comédies qui viennent de Côte d’Ivoire, du Sénégal, du Ghana ou encore du Burkina Faso.

 

Quand il s’agit de production locale, la question de l’exportation se pose. Quel est votre point de vue sur la question ?

Abonnez vous pour lire la suite de l’article

Abonnement AdWeKnow

Accédez à tous nos articles premium et aux archives.
Cliquez pour découvrir notre offre!

Je m'abonne

Pays:

Panafricain