Fermer

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Je me connecte

Entretien avec Alexandre Deniot, Directeur du MIDEM

FacebookTwitterLinkedIn

Après plus de 15 ans passés dans le secteur de la musique, principalement chez Universal Music Group, Alexandre Deniot dirige le MIDEM, événement international qui réunit chaque année l’ensemble des acteurs de l’industrie musicale mondiale.

Sa passion pour la musique et l’envie de servir l’ensemble de la communauté internationale de la musique, l’ont poussé à prendre la direction de cet événement annuel.

Retour sur la dernière édition qui s’est déroulée à Cannes, du 4 au 7 juin 2019.

  

A l’occasion de cette dernière édition du Midem, comment avez-vous choisi de représenter l’Afrique ?

Dans le cadre du MIDEM organisé à Cannes, nous avons mis en avant l’Afrique à travers le Midem African Forum. Une journée dédiée au continent, organisée autour de panels sur des sujets qui animent aujourd’hui les acteurs et les professionnels de l’industrie de la musique. Des artistes ont également pris part à cet événement tels que Femi Kuti, icône de l’Afrobeat, ou Maleek Berry en tant qu’ambassadeurs. Femi a d’ailleurs animé une keynote « valoriser et soutenir la nouvelle génération d’artistes et de producteurs nigérians ».

 

En amont du MIDEM, vous avez initié une tournée panafricaine dans plusieurs grandes villes. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Nous avons également mis en avant le continent africain en amont du MIDEM à Cannes, puisque nous avons effectué une tournée dans trois pays africains, le Sénégal, le Cameroun et le Nigéria. Chaque escale était marquée par une journée de conférences, de workshops, rencontres et des showcases d’artistes avec l’objectif de permettre aux professionnels locaux de la musique de se retrouver, d’échanger sur le marché et de créer des synergies pour faire évoluer le secteur.

Ces trois pays sont des pays de musique et avec d’excellents artistes, c’était donc important pour nous d’aller à leur rencontre afin d’échanger ensemble.

Cette tournée panafricaine fait partie d’un programme que nous avons lancé en 2017 intitulé « Marchés à Fort potentiel » et révélé au Midem. Grâce à ce programme, nous souhaitons aider à la structuration et à la professionnalisation du marché de la musique en Afrique et de créer des ponts entre la communauté africaine et la communauté internationale.

 

Quel regard portez-vous sur le marché de la musique en Afrique ?

Au regard de l’Afrique, on constate un réel potentiel. Tout est en train de se mettre en place pour que le continent devienne l’un des plus gros marchés de la musique même s’il reste de nombreux challenges auxquels il faudra faire face, notamment sur la partie droit d’auteur, formation et professionnalisation du secteur. Et nous souhaitons apporter notre soutien dans ce domaine pour aider les artistes locaux à pouvoir vivre de leur passion et exporter leur musique à l’international.

 

Vous avez pour ambition de créer un MIDEM Africa pour 2020 ? Pourquoi créer une édition africaine ?

Nous avons effectivement l’ambition de créer un MIDEM entièrement dédié à l’Afrique en 2020. Un événement panafricain qui réunira les professionnels de toute l’Afrique, centré sur les enjeux et les problématiques propres au continent à savoir la formation, la découverte de talents et l’accompagnement des professionnels. Cette édition viendra compléter l’événement international du MIDEM organisé à Cannes et qui a rassemblé cette année plus de 5 000 participants issus de 90 pays du monde.

 

Quels sont les principaux enjeux de la structuration et de la professionnalisation du secteur musical africain ?

Il y a un réel besoin en formation et ce, à tous les niveaux et tous les métiers de l’industrie musicale. Que ce soit au niveau des labels ou encore des ingénieurs du son. Il y a un vrai besoin de créer des structures plus adaptées afin de permettre aux professionnels de mieux se former.

Les droits d’auteurs et leur juste rémunération sont également un sujet clé. Pour aborder cette thématique, nous organisons le Copyright Summit et le Legal Summit depuis plusieurs années au Midem. En Afrique, il y a de nombreux enjeux de ce côté-là et c’est pour cela que nous souhaitons soutenir la rémunération des artistes et la protection de leurs droits.

 

 

Que pensez-vous des récentes évolutions de la musique africaine ? en termes de notoriété et visibilité des artistes ?

Aujourd’hui, nous sommes face à une musique africaine en plein dynamisme. Au sens large, elle représente l’une des musiques les plus influentes dans le monde. Nous constatons une réelle effervescence en termes de création artistique et cela est en partie dû à l’avènement du streaming qui favorise la circulation de la musique dans le monde. Grâce à cela, la musique africaine s’internationalise, portée par des artistes africains qui ne perdent pas de vu leurs racines mais qui ajoutent une touche « internationale » dans leur musique. Ce mélange des genres parle aux gens, touchent un grand nombre de personnes et donc fonctionnent !

 

 

Quel regard portez-vous sur l’arrivée des labels comme Universal Music et Sony Music en Afrique francophone subsaharienne ?

C’est une bonne chose. Si ces majors décident de venir s’installer en Afrique, c’est qu’ils ont identifié qu’il y avait un réel potentiel sur le continent et que le marché est bel et bien en train de se structurer. Leur arrivée représente un signe très positif pour la croissance du marché, sa structuration ainsi que pour les artistes. Tous les artistes ne sont pas non plus aptes à travailler avec les majors. De nombreux labels indépendants sont aussi très bons et peuvent également aider les artistes à grandir.

 

Quelles sont les opportunités et les menaces liées au digital pour l’industrie de la musique en Afrique ?

Aujourd’hui, je pense que le digital est synonyme d’opportunité car il permet, et notamment grâce au streaming, une grande circulation de la musique à travers le monde. Il permet aux artistes africains de se faire connaître au même moment à différents endroits de la planète. Le digital est également générateur de revenu pour les ayant-droits, les artistes, les auteurs-compositeurs … Néanmoins, pour que les artistes africains puissent bénéficier de toutes ces opportunités, il faut que le digital puisse se démocratiser sur le continent. Il y a encore de nombreux défis à relever comme notamment le coût de la data encore trop élevé. Les opérateurs jouent en ce sens, un rôle clé dans la chaine de valeur.

 

Pays:

France