Fermer

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Je me connecte

Entretien avec Kahi Lumumba, fondateur et CEO de Totem Experience

FacebookTwitterLinkedIn

Kahi Lumumba, vous avez organisé le premier ADICOMWATCH jeudi 31 mars dernier au Majestic Cinema Prima d’Abidjan  S’est-il passé comme vous le souhaitiez ? 

Absolument ! Nous sommes très satisfait de la façon dont cet événement s’est déroulé : toutes les places ont été vendues en quelques jours, de nombreuses agences sont venues avec toute leur équipe et au total 200 personnes ont assisté à cette séance de cinéma pas comme les autres. Ce mélange de professionnels aguerris et de jeunes pousses nous a permis d’avoir une ambiance très festive.

Nous souhaitions organiser un événement  qui réunissent les professionnels et les passionnés de créativité de marketing et de communication, leur permettre de faire connaissance et d’échanger mais nous souhaitions également présenter nos coups de cœurs en matière de création publicitaire pour qu’ils y trouvent des sources d’inspiration… le tout dans une ambiance de fête.

 

Comment la présentation était-elle structurée ?

Nous avions préparé 7 rubriques : OLD SCHOOL, TELECOM ET NOUVELLES TECHNOLOGIES, SPORT, VOYAGES, RSE, PRODUITS DE GRANDE CONSO et nous avons rajouté une rubrique spéciale TIKTOK constituées de pastilles humoristiques pour le fun. Nous espérons pour la prochaine édition montrer aux marques qu’on peut également utiliser TIKTOK pour faire des opérations de communication intéressantes.

Nous souhaitions raconter une histoire autour de ces créations inspirantes c’est la raison pour laquelle les différentes rubriques étaient reliées par un fil rouge audio que nous avions scénarisé comme s’il s’agissait d’une agence fictive qui faisait un brainstorming. Nous voulions que les spectateurs se reconnaissent dans les personnages et que le public prenne du plaisir et interagisse.

 

Ce succès vous encourage donc à renouveler l’opération l’année prochaine ?

Oui sans aucun doute, non seulement nous allons recommencer l’année prochaine mais nous envisageons de monter la même opération à PARIS et à DAKAR dans les semaines ou les mois qui viennent.

 

Comment s’est effectuée votre recherche des vidéos présentées

Cela n’a pas été simple et c’est un vrai sujet.

Nous avons dû faire preuve  d’imagination pour trouver les meilleures publicités et les meilleurs contenus de Brand Content : recherche sur internet via le site des agences de com via les stars dont on sait qu’elles sont souvent sollicités par les marques, ou en visitant les sites même des grandes marques….

Paradoxalement s’il est compliqué de trouver les spots TV sur Internet, il est encore plus difficile de trouver des créations de brand content. De nombreuses  marques font du brand content mais souvent celles-ci  ne font pas assez d’efforts pour faire connaitre leur création au-delà de leur propre site et de leur page Facebook.

Alors que tout le monde trouve normal de payer pour la diffusion d’un spot TV, cela n’est pas encore entré dans les mœurs sur le digital, chacun imaginant que la diffusion sur le owned-media est suffisante. Cela fait partie de la pédagogie à poursuivre auprès des annonceurs. On espère que grâce à ADICOMWATCH, les agences et les annonceurs vont se dire que c’est bien de travailler à la visibilité de ce qu’ils réalisent.

 

Selon quels critères avez-vous choisi la sélection finale ?

Nous n’avons pas eu une approche scientifique. Nous avons retenu des créations qui ont attiré notre attention par leur créativité, leur humour ou la qualité de leur réalisation

Globalement nous avons montré des réalisations africaines à 80%, les 20% restant étant des films internationaux particulièrement intéressants et inspirants pour un public de professionnels.  Il y avait bien sûr beaucoup de films ivoiriens mais aussi  des spots en provenance du RD Congo et du Sénégal et environ 25% de spots anglophones. Ceci étant c’était notre première sélection : j’ai quand même le sentiment qu’à l’avenir nous pourrons trouver des pépites dans d’autres pays d’Afrique francophone.

 

Avez-vous pensé en profiter pour organiser une remise de prix ?

On s’est posé la question mais pour les cérémonies de remise de prix, il faut constituer  un jury crédible, mettre en place des critères de jugement clairs si ce n’est objectifs car il s’agit de la réputation des agences.

Nous préférons pour l’instant rester sur du divertissement et du networking, de proposer des contenus inspirants…  mais bien sûr cela reste une possibilité pour plus tard.

 

ADICOM WATCH est un de vos événements majeurs. Où en êtes-vous de l’organisation de vos autres moments forts pour 2022 ?

ADICOM ACADEMY aura lieu comme l’année dernière au mois de juillet et nous préparons les ADICOMDAYS  pour le mois de novembre «en physique» à Abidjan.

Nous allons pour cet événement qui fêtera sa 6ème édition, repartir sur l’idée de mettre chaque année un pays à l’honneur et cette année ce sera le Nigeria. Comme vous le savez chaque édition est organisée autour d’un thème : cette année  ce sera « L’ENGAGEMENT »

 

Pays:

Côte d'Ivoire