Fermer

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Je me connecte

Entretien avec Jean-François Camilleri, Président de The Walt Disney Company France & Afrique francophone

FacebookTwitterLinkedIn

Vous organisez le festival Marvel à Abidjan dans quelques jours après celui de Tunis. Qu’attendez-vous  de ces opérations?
En novembre, nous avons organisé le premier Disney Festival de Tunis qui fut un grand succès avec près de 20,000 spectateurs en trois jours. Ce fut l’occasion de présenter au public tunisois des films Disney rarement vus sur grand écran en Tunisie mais aussi des master class, un concert de Cerise Calixte. Ce fut également l’occasion de rencontrer des partenaires et futurs clients dans différents domaines: cinéma, TV, producteurs locaux pour le développement de licences, retailers tunisiens. Avec le Marvel festival d’Abidjan, notre objectif est identique: créer un évènement grand public mais aussi saisir l’occasion pour créer des liens avec les acteurs économiques ivoiriens et développer notre présence en Afrique sub-saharienne. A travers le BtoC, nous créons des contacts BtoB.
Notre présence à Abidjan en février sera aussi l’occasion de présenter officiellement nos activités aux entrepreneurs et aux médias ivoiriens, et de donner un coup de projecteur autour des films Marvel et les produits associés.
Enfin, comme à Tunis où nous avons reversé une partie des recettes à l’association SOS Villages d’Enfants, nous travaillions à Abidjan avec des associations locales.

Allez vous mettre en oeuvre ce dispositif dans d’autres villes africaines ? Si oui, lesquelles et quand ? 
Rien n’est prévu pour l’instant mais en règle générale, notre volonté de développement en Afrique passe par les pays du Maghreb, la Côte d’Ivoire, le Sénégal, le Cameroun…
Mais pour créer un tel festival, il faut les infrastructures adaptées. Tunis et Abidjan sont des villes idéales pour cela.

Il y a de très nombreuses initiatives pour développer les salles de Cinéma en Afrique francophone. Pensez vous que ce développement est assez rapide? Comment pouvez vous contribuer à son succès?
Nous encourageons et encouragerons toutes les initiatives qui permettront le développement de salles de cinéma en Afrique. Notamment en fournissant nos films Disney, Star Wars, Marvel. Beaucoup de projets existent aujourd’hui au Maghreb et en Afrique sub-saharienne et il est clé que ces projets voient le jour pour que le public africain retrouve le chemin des salles de cinéma. Le processus est enclenché mais une construction prend du temps. D’ici 2022, j’espère qu’un vingtaine de multiplexes auront ouvert leurs portes dans la région.

Disney ce n’est pas seulement le cinéma.  Parmi vos autres domaines activités quels sont ceux que vous envisagez de développer en Afrique francophone subsaharienne?

Nos activités se concentrent autour de cinq grand thèmes: le cinéma, la télévision à travers nos chaînes Disney Channel, Disney Junior, Disney XD et Disney Cinéma portées par le groupe Canal en Afrique sub-saharienne, la vente de nos films et de nos séries  à la Tv et en digital (VOD notamment), les produits dérivés et la musique. Dans chacun des pays de la région, je veux développer chacun de ces sujets. Cela prend du temps car nous sommes dépendants des acteurs locaux, des habitudes de consommation, des opérateurs internet, des plateformes audiovisuelles, des retailers. Nous prenons des contacts, expliquons notre approche et nos contenus et espérons que pays par pays, media par media, nous avancerons dans les prochains mois et les prochaines années pour permettre aux public africain de découvrir nos produits et nos contenus.