Fermer

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Je me connecte

Entretien avec Fatoumata Fofana Bastard, Directrice Adjointe d’African Broadcast Services

FacebookTwitterLinkedIn

Très jeune, Fatoumata Fofana Bastard se destinait au commerce. Après quelques années dans le monde du spectacle vivant, elle arrive dans le monde de l’audiovisuel par amour.

« Quand votre conjoint est un passionné, difficile d’y échapper ».

Durant une quinzaine d’années passées à Paris, elle a l’occasion de travailler dans la production audiovisuelle et les relations publiques avant de rejoindre la Côte d’Ivoire en 2011 et de fonder ABS.

 

Pouvez-vous nous retracer en quelques lignes l’histoire de votre société ?

Mon mari et moi-même avons toujours eu le désir de nous installer en Côte d’Ivoire. Dès 1999, l’idée était dans nos têtes, mais c’est seulement en 2011 que le projet a réellement évolué. Un ami, directeur de Production (aujourd’hui disparu), convaincu que l’idée était bonne, nous a fait rencontrer une société d’investissement pour le financement du projet et le tour de table a été rapidement créé. Il ne restait plus qu’une première opportunité pour démarrer, qui est survenue en 2012.

 

 

Aujourd’hui, comme décririez-vous les activités d’ABS ?

ABS est un prestataire de services audiovisuels, qui offre aujourd’hui une gamme complète de services comme, car régie, transmission satellite, régie fly, caméras de reportages, montage multi caméras, studio, lumières et son.

Nous offrons du complément de matériel et/ou de personnel pour la réalisation complète d’une émission de télévision en direct ou livré en P.A.D., en passant par toutes les étapes intermédiaires.

Nos clients sont principalement des producteurs et des chaines de télévisions, mais nous intervenons également dans l’institutionnel, en fournissant des services dans la réalisation de congrès ou de salons.

 

Vous êtes basés en Côte d’Ivoire, mais agissez-vous dans d’autres pays ?

Oui nous intervenons essentiellement en Afrique de l’ouest mais nous avons eu l’occasion de travailler plusieurs fois en Éthiopie, au Gabon, au Congo..

 

Quelles sont vos ambitions en matière de développement ? 

Pour 2020, nous lançons la construction de notre siège au Vitib à Grand Bassam, pour augmenter nos capacités de stockage (matériels et décors)et de postproduction. Nous aurons un studio de 400 mètres carrés équipé de loges et d’un espace collaboratif pour accueillir encore mieux nos clients ainsi qu’un atelier de construction décor.

Dans les deux années à venir, nous espérons pouvoir doubler nos capacités de production.

Nous restons très à l’écoute de nos clients afin d’anticiper nos investissements et de conserver la souplesse qui nous caractérise.

 

Comment percevez-vous l’arrivée de la TNT et des nouvelles chaines privées ?

Il y a incontestablement une émulation autour de la création de ces nouvelles chaines,

Attendons de voir.

 

Pays:

Côte d'Ivoire