Fermer

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Je me connecte

Entretien avec Betty Sulty Johnson, Vice President Content Distribution chez TRACE

FacebookTwitterLinkedIn

Betty Sulty-Johnson a une expérience dans la vente, la gestion de projets et la distribution audiovisuelle et cinématographique. Elle est diplômée d’un Master 2 D2A Droit, Economie et Gestion de l’audiovisuel spécialisé dans le marketing et la distribution audiovisuel à l’INA – Paris1 Panthéon-Sorbonne. Après avoir passé 10 ans en Grande-Bretagne elle a cofondé et dirigé le 1er festival dédié à la valorisation du travail de la femme de la diaspora Noire devant et derrière la caméra de 2005 à 2009 : Images of Black Women Film Festival à Londres.

En France elle a travaillé pour France Télévision Distribution, 100% Distribution et Lagardère Studios dans leur département de distribution audiovisuel respectif. Elle a rejoint le groupe de média TRACE en 2017 et y a créé la structure de distribution audiovisuelle appelée TRACE Content Distribution spécialisée dans la ventes de droits de contenus Afro-centrés.

 

Comment est née cette division de distribution au sein du groupe TRACE ?

 Le groupe Trace existe depuis 15 ans. C’est un groupe média international dédié à la musique et au divertissement afro urbain. Nous avons à peu près 22 chaines payantes linéaires, des radios, services digitaux et mobiles. Nous touchons une audience multiculturelle d’environ 200 millions de personnes à travers 160 pays dans le monde. Trace Content Distribution est la division entièrement dédiée à la distribution audiovisuelle composée de séries, films, magazines, documentaires afro-centrés.

Nous avons lancé Trace Content Distribution en juin 2017. Cette entité a pour objectif de donner de la visibilité à des producteurs. Quand le contenu est bien spécifique et très marqué, quand il intègre d’autres catalogues, ce contenu peut vite être noyé ou pas forcément valorisé. L’idée derrière la création de ce catalogue Trace Content Distribution, c’est de vraiment mettre en avant les productions de contenu afro-centrés, qui proviennent du Brésil, des Caraïbes, des Etats-Unis, d’Europe et des pays d’Afrique. Les pays les plus représentés dans le catalogue en termes de production, sont le Nigéria car le positionnement du catalogue ambitionne d’avoir du contenu premium afro-centré. En grande majorité du Nigéria donc puis du Ghana mais aussi de la Côte d’Ivoire, pays qui commence à être de plus en plus présent.

 

Quelle est la taille de votre catalogue?

Aujourd’hui, le catalogue est constitué de près de 350 heures de contenu qui représente la diversité de la production afro-centrée. Il s’agit également d’un catalogue généraliste comprenant des films, des séries, des magazines, des documentaires et même de l’animation. Cela nous permet de nous adresser à tout le monde et pas seulement aux chaines afro-centrées ou panafricaines car nous essayons surtout de faire en sorte de faire voyager ce contenu qui a sa place comme tout autre contenu.

 

Quel bilan faites-vous de votre activité après presque 2 ans ?

Nos activités nous ont permis jusqu’à présent de toucher un grand nombre de clients. Nous devons donc continuer à promouvoir la production africaine, afro-américaine, afro-brésilienne pour en toucher davantage. Côté bilan aussi, nous nous sommes vite rendus compte que nous avions un rôle à jouer en amont de la production.  En effet, il faut davantage s’impliquer en amont et pas forcément attendre qu’un produit soit fini pour le commercialiser mais plutôt essayer de voir dans quelle mesure on peut s’impliquer pour aider la production notamment dans le cadre de préachats et pour développer de la co-production car nous constatons une énorme évolution du marché depuis deux ans. Il est évident que le marché a beaucoup changé. Nos acheteurs potentiels se sont eux-mêmes lancés dans la production. Tout le monde est à la course aux productions originales, ce qui a changé un peu la donne du marché. Pour ces raisons, nous souhaitons nous positionner pour répondre aux besoins de tout un chacun.

Nous allons continuer à diversifier notre activité, à répondre le mieux possible aux besoins de notre audience et pour cela, à vraiment travailler sur le contenu que ce soit pour la diffusion linéaire ou non linéaire.

 

 

Trace a récemment annoncé la signature de nouveaux contrats de vente de contenus sur la zone Afrique, pouvez-vous nous en dire plus ?

A l’occasion de la dernière édition de la Berlinale, nous avons souhaité communiquer sur les différentes activités de Trace Content Distribution. Pour rentrer plus dans le détail, nous avons signé un accord de pré-achat avec TV5Monde et en particulier avec leur chaine jeunesse Tivi5Monde concernant la série Gabâo saisons 3 et 4 qui est une série d’animation éducative. Nous avons également l’opportunité de travailler avec Canal+ International pour notre propre production qui s’intitule Brothers With No Game, il s’agit d’une série britannique urbaine afro-centrée achetée par Canal + International et que nous sommes actuellement en train de doubler en français. Récemment nous avons eu également l’achat par Showmax, plateforme premium sud-africaine, de certaines de nos productions et de nos acquisitions.

Par ailleurs Trace Content Distribution sera présente au festival Séries Mania organisé à Lille fin mars. A l’occasion de cet événement, nous aurons l’opportunité de pitcher l’une de nos co-productions qui s’appelle « BETES 2 SON ». En effet, nous faisons partie des 5 finalistes sélectionnés pour le concours Co-Pro Pitching Sessions organisé dans le cadre de l’événement, qui nous permettra de pitcher notre projet devant un parterre d’acheteurs potentiels.

 

 

 

Pays:

Panafricain