Fermer

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Je me connecte

Entretien avec Jessica Brou, fondatrice du podcast « Conversation privée »

FacebookTwitterLinkedIn

Jessica Brou, responsable marketing et commercial chez Optimum Média, groupe éditeur de la future chaine 7info, a lancé son podcast baptisé « Conversation privée ». Accessible sur les principales plateformes d’écoute de podcast (Spotify, Apple Podcast, Deezer…), ce nouveau podcast a été conçu pour explorer et révéler les modèles de réussite des personnes qui font l’Afrique d’aujourd’hui.

 

Vous avez lancé le podcast « Conversation privée », pouvez-vous nous en dire plus ? Pourquoi cette thématique ? Qui sont les intervenants ?

« Conversation Privée » est un podcast que j’ai créé avec l’idée d’interviewer, toutes les deux semaines, des acteurs qui œuvrent en Afrique francophone et qui souhaitent partager leur expérience, la réalité du terrain dans divers domaines. Je trouve que le retour et l’installation en Afrique francophone sont fantasmés. Avec ce podcast, nous essayons d’avoir un retour plus pragmatique de celles et ceux qui ont vécu cette expérience. Le choix des personnalités interviewées est très éclectique.

 

Pourquoi avoir fait le choix du format podcast ?

Je consomme moi-même ce type de format, et particulièrement des podcasts de développement personnel et professionnel, sans toujours me « retrouver », me « reconnaître » dans ce qui est dit. Je suis actuellement en phase de construction de l’audience, le modèle économique viendra plus tard. Pour le moment, j’apprends à connaitre mon audience qui se caractérise par des jeunes actifs en majorité, ainsi que des étudiants. 30% de l’audience du podcast se situe en France puis arrive en seconde position la Côte d’Ivoire (20%). A terme, je souhaiterai développer davantage mon audience en Afrique francophone.

 

Quelles sont les retombées ? Le podcast est-il bien accueilli par le public africain ?

Globalement, le podcast a bien été accueilli par le public. J’ai eu de très bons retours car selon moi, je pense que le podcast était un format très attendu de la diaspora. Maintenant, il faut trouver une façon de pousser ce format auprès des auditeurs sur le continent africain. Pour cela, il est nécessaire d’enrichir l’offre de contenu et trouver d’autres moyens plus innovants de le distribuer. L’écoute d’un podcast de 40 minutes en Côte d’Ivoire est encore soumise à des enjeux tels que le coût élevé de la data, la capacité du format à se répandre dans les usages. Les réseaux sociaux et applications de messageries instantanées peuvent être de bons leviers pour accroître la visibilité même si cela rend la mesure d’audience plus compliquée à réaliser.

 

Le podcast suscite des interrogations quant à son avenir sur le continent, à sa capacité à se répandre dans les usages. Quel est votre point de vue ?

L’avantage du format « podcast » est qu’il permet de faire d’autres activités en même temps. Et force est de constater que les gens ont de moins en moins de temps pour consommer des contenus de longue durée. Avec le podcast, il est possible de superposer la consommation de contenu à d’autres activités.

 

Pays:

Panafricain